Victimes: 027 607 31 00
Auteur-e-s: 027 322 99 86
Victimes: 027 607 31 00
Auteur-e-s: 027 322 99 86

3. Conflits et pressions subis par les jeunes

La puberté est un moment clé de la construction de l’identité des jeunes adultes.

 La puberté - avec le questionnement sur la sexualité, les relations amoureuses et les choix professionnels - est un moment clé de la construction de l’identité des jeunes adultes.

Durant ce processus, l’opposition aux parents n’est pas rare, bien au contraire. Dans un contexte de diaspora ces conflits peuvent être accentués, obligeant parfois les jeunes à choisir entre loyauté et rupture.

Conflits de loyauté

Dépendant-e-s souvent de leur famille sur le plan émotionnel ou financier, ou les deux, les jeunes subissant des pressions concernant leur vie sentimentale sont déchiré-e-s par des conflits de loyauté. Il arrive qu’elles ou ils soient très ambivalent-e-s et ne sachent pas ce qu’elles ou ils veulent. Différents facteurs peuvent compliquer la situation de ces jeunes:

  • Le dialogue est parfois inexistant entre enfants et parents. Le thème de la vie amoureuse n’est pas abordé. Ces difficultés de communication peuvent être accentuées lorsque les jeunes ne parlent pas bien la langue de leurs parents ou que les parents ne maîtrisent pas la langue du lieu habité.
  • Les liens affectifs qui les unissent à leurs parents peuvent être très forts. La grande majorité des jeunes ne souhaitent pas la rupture avec leur famille. Beaucoup n’ont jamais été seul-e-s et craignent de l’être.
  • Les jeunes craignent que chercher de l’aide à l’extérieur puisse avoir des conséquences négatives pour leur famille, sur le plan pénal ou sur celui du droit des étrangers, avec éventuelle perte du titre de séjour.

    Types de pressions subies

    Les jeunes personnes visées par une menace de mariage forcé subissent de fortes pressions. Elles sont parfois exposées à un intense contrôle de la part des membres de la famille, notamment par leurs frères et sœurs. Elles sont par exemple accompagnées jusqu’à l’école ou leur lieu de travail, sont surveillées, espionnées, isolées socialement, voire enfermées. Les garçons ont souvent davantage de marge de manœuvre que les filles, mais ils peuvent aussi être concernés par ces mécanismes de contrôle.

    Le chantage émotionnel est très fréquent. En particulier les mères ont tendance, dans ces situations, de proférer des menaces de type: «je me tue si tu n’épouses pas un tel – une telle… » ou « mon cœur va lâcher… ». Les violences psychiques, les menaces de violence physique ou les menaces de mort, voire des agressions effectives, sont d’autres formes de pression fréquentes. Le refus de nourriture et de soins médicaux est parfois aussi utilisé comme chantage. En raison des conflits de loyauté et des pressions subies, il arrive que ces jeunes cèdent et acceptent les partenaires qu’on leur impose, avec l’espoir de trouver ainsi la paix et de s’habituer finalement à la situation.

    Le Service contre les mariages forcés enregistre de nombreuses demandes d’aide de la part de personnes ayant cédé à la pression. L’ONG met en garde: les personnes qui cèdent sous-estiment souvent ce qu’implique au quotidien le fait de vivre dans un mariage qui, fondamentalement, n’avait pas été souhaité.

  • Publié le 7 octobre 2021

Témoignage

On a décidé de vivre ensemble et le cauchemar a commencé. Il m’a fait couper les ponts avec tous mes amis, puis après ce fut le tour de ma famille, petit à petit je me suis retrouvée complètement seule. www.violencequefaire.ch
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok