Victimes: 027 607 31 00
Auteur-e-s: 027 322 99 86
Victimes: 027 607 31 00
Auteur-e-s: 027 322 99 86

7. Organismes de soutien en Valais

Il existe en Valais plusieurs organismes qui peuvent venir en aide aux personnes concernées par un mariage forcé

 Les personnes concernées par un mariage forcé peuvent être orientées vers les organismes suivants :

  1. Le Centre LAVI pour les victimes d’infractions
  2. L’Office pour la protection de l’enfant pour les personnes mineures
  3. Les Centres SIPE : mandatés par le canton pour l’information et la prévention en matière de santé sexuelle, spécialisés dans l’intervention auprès des jeunes (interventions régulières dans les écoles)
  4. La police cantonale pour les situations d’urgence – 117
  5. Les hébergements d’urgence

 

Il est également possible pour la personne touchée et les professionnel-le-s de prendre contact avec le Service contre les mariages forcés, centre de compétence fédéral : Helpline gratuite: 0800 800 007 - 

Si la personne est mineure, il est recommandé à l’enseignant-e ou autre professionnel-le d’en discuter avec sa hiérarchie et éventuellement de prendre conseil auprès de l’Office de protection de l’enfant (OPE). L’OPE doit être averti si la personne mineure est en danger dans son développement (art. 54 Loi cantonale sur la jeunesse).

S’il s’agit d’une situation d’urgence (la violence subie est insoutenable ou la date du mariage est très proche ou un billet d’avion a été acheté et le mariage est organisé à l’étranger), la police doit être contactée au 117.

L’OCEF

De son côté, l’OCEF a édité à l’attention des jeunes en particulier une brochure multilingue « Qui décide avec qui tu vas te marier ? » qui informe sur la loi et donne les coordonnées des organismes d’aide et de conseil.

En tant qu’organe de coordination dans la lutte contre les violences domestiques (y compris les mariages forcés), l’OCEF est à disposition pour des informations complémentaires et des conseils. Il recueille, de manière anonyme, les cas de mariages forcés en Valais afin d’avoir une meilleure connaissance du phénomène dans le canton. A cette fin, un formulaire est disponible sur notre site. Les cas annoncés sont transmis au Centre de compétence fédéral pour un monitoring national.


Publié le 7 octobre 2021

Témoignage

On a décidé de vivre ensemble et le cauchemar a commencé. Il m’a fait couper les ponts avec tous mes amis, puis après ce fut le tour de ma famille, petit à petit je me suis retrouvée complètement seule. www.violencequefaire.ch
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok