Victimes: 027 607 31 00
Auteur-e-s: 027 322 99 86
Victimes: 027 607 31 00
Auteur-e-s: 027 322 99 86

Les violences domestiques, qu’est-ce que c’est ?

Les violences domestiques, ce ne sont pas que les coups et la violence physique. Ce sont aussi des mots et des comportements répétés, qui créent un sentiment de peur : les humiliations, les menaces, l’interdiction de voir ses proches, par exemple, sont considérées comme de la violence psychologique. S’approprier l’argent de son-sa partenaire sans son accord ou ne pas contribuer aux dépenses du ménage, c’est aussi de la violence, dite économique. Quand un-e partenaire contraint l’autre à des actes sexuels non consentis, il s’agit de violence sexuelle. Toutes ces formes de violences domestiques sont interdites par la loi et donc punissables.

La violence à la maison ne se résume pas à un acte violent. C’est un processus relationnel complexe qui s’installe progressivement dans une relation, un foyer, et qui en affecte tous les membres.

Comment différencier le conflit de couple de la violence conjugale ?

Le conflit peut survenir dans tout type de relation, notamment familiale ou conjugale. Il cristallise une opposition ou un désaccord sur un objet particulier, mais il met en présence deux personnes qui se trouvent sur un même plan d’égalité, deux sujets, en capacité l’un et l’autre d’exprimer et de faire valoir leur point de vue.

Au contraire, les violences conjugales sont déclenchées par l’auteur-e sous n’importe quel prétexte et visent à vérifier et réaffirmer sa domination sur la victime. Le rapport hiérarchique de domination est définitivement installé et immuable. La victime n’a aucunement droit à l’expression. Chaque « crise » est un renoncement, un affaiblissement pour elle.

Les mariages forcés

Les situations de mariages forcés relèvent aussi de violences domestiques : quand une personne subit des pressions pour accepter un mariage dont elle ne veut pas ; quand une personne subit des pressions pour renoncer à une relation amoureuse ; quand une personne mariée subit des pressions pour renoncer à demander le divorce. Les personnes touchées peuvent prendre contact avec les organismes spécialisés pour les victimes de violences domestiques et avec les hébergements d’urgences.
En 2017, la Confédération a donné un mandat à un service spécialisé dans la lutte contre les mariages forcés et l’aide aux personnes directement concernées. Ce service offre des conseils et du coaching à ces personnes et aux professionnel-le-s :

Service contre les mariages forcés / Fachstelle Zwangsheirat
Centre de compétence fédéral
Helpline gratuite: 0800 800 007

Témoignage

On a décidé de vivre ensemble et le cauchemar a commencé. Il m’a fait couper les ponts avec tous mes amis, puis après ce fut le tour de ma famille, petit à petit je me suis retrouvée complètement seule. www.violencequefaire.ch
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok